Originaire du Puy en Velay, Laurent Courthaliac se consacre au piano tout d’abord en autodidacte, puis au Conservatoire de Lyon dont il sortira médaillé en 1994. Il devient par la suite rapidement actif sur la scène régionale en se produisant avec des musiciens tels que Steve Grossman, Serge Lazarevitch, Yannick Rieu ou encore Charles Bellonzi. Il prendra également part à l’aventure du Collectif Mû, groupe avec lequel il remporte plusieurs prix (1er prix de Jazz à Vienne – 1995 ; 1er prix Jazz à la Défense – 1996) et enregistre pour le label Seventh Records.

 

Laurent s’installe à Paris en 1998. Son sens raffiné du swing, sa connaissance inépuisable du répertoire du jazz, l’amèneront vite à se produire avec certains des plus grands jazzmen de la capitale et d’ailleurs, comme Lee Konitz, Pierre Boussaguet, Rick Margitza, Christian Escoude, Stéphane Belmondo, Pierrick Pedron, Joe Cohn, Francois Théberge, Xavier Richardeau, Sarah Lazarus, et bien d’autres encore. Il devient également le pianiste “maison” du célèbre club “Le Petit Opportun” au sein du Collectif des Nuits Blanches, dont fera partie toute une nouvelle génération de jazzmen français comme Baptiste Trotignon, Olivier Temime, ou encore Alex Tasse

 

Parallèlement à ses activités de sideman, Laurent enregistre en studio avec ses groupes réguliers tels que Luigi Trussardi 5tet (Introspection, Elabeth, 2000), Horellou/Sauzay 5tet ( Versus, Fresh Sound New Talents, 1999), Yves Brouqui 4tet (The music of Horace Silver, Elabeth, 2010, avec le batteur Américain Joe Strasser) ; ainsi que son premier album en leader, Scarlet Street, pour le fameux label Nocturne en 2005, constitué de standards remaniés et de compositions personnelles. Laurent écrit une histoire – la sienne – avec une fluidité et une aisance enviables (Jazzman Magazine).

 

Laurent continue d’approfondir sa connaissance du jazz et étudie de manière régulière et intensive avec les pianistes Alain Jean Marie et la légende vivante du piano jazz, Barry Harris, qui dira plus tard de son élève qu’il est la nouvelle tête pensante du Bebop. C’est en 2008 qu’il est remarqué par la célèbre chanteuse et icône musicale Elizabeth Kontomanou. Il enregistre pour elle sur le label Plus Loin Music un disque en duo, Brewing the Blues salué par la critique (4f Télérama, 4 étoiles Jazzman,..) ainsi que Live at the Arsenal, en compagnie d’un orchestre symphonique dirigé par Jacques Mercier. Il tournera avec la chanteuse pendant plusieurs années dans toutes les plus grandes scènes nationales et internationales : New Morning, Casino de Paris, Emirats Arabes, Corée du Sud, Guadeloupe,…

 

Toutefois, Laurent n’abandonnera jamais l’aventure du trio, en se produisant régulièrement au club Sunset-Sunside ou d’autres clubs parisiens, pour une série de concerts-hommages aux plus grands noms du jazz. Récemment, après de nombreux séjours à New York, Laurent vient d’enregistrer son second album en trio, Pannonica, un hommage à la légendaire Pannonica de Koenigswarter. Pour cela, il s’est entouré d’une rythmique de choc, composée du légendaire contrebassiste Sir Ron Carter et de Rodney Green à la batterie. Le désormais New Yorkais Clovis Nicolas (b) figure également sur 4 titres de cet album qui sorti sur le prestigieux label Jazz Village/ harmonia mundi en Novembre 2013.

Après un grand nombre de concerts en trio, Laurent décide de célébrer son autre passion, le cinéma. Il conçoit un disque en octet, en hommage à l’un de ses réalisateurs favoris, Woody Allen.
« All My Life, A Musical Tribute to Woody Allen » sort sur le label Jazz & People le 23 septembre 2016.